MOTIVATION SCOLAIRE DES ADOS? DILEMME ET SOLUTIONS

Comment faire redémarrer à l’école un ado de 16 ans complètement éteint ?

Une solution est de lui faire découvrir son profil d’apprenant kinesthésique et de penseurs en films.

Voici un tableau classique : Un jeune de 16 ans se retrouve en 5e année d’une filière technique après une 4ème année très médiocre (dans le général) avec plusieurs échecs dont les mathématiques et l’anglais. Il n’a aucune réelle motivation pour sa nouvelle option technique. Il n’a d’ailleurs de motivation pour rien. Aucun cours ne l’intéresse. Il n’a pas de projet d’avenir et il ne sait pas quel métier l’attire. Médecin, peut-être…, mais maintenant c’est trop tard, dit-il, je ne suis plus dans la bonne filière, je n’ai presque plus de sciences. Il est comme « mort » mentalement. Plus rien ne l’intéresse.

Classe-oeufs.JPG

En classe, il est absent.

Sachez que derrière ce portrait-robot de l’ado dégoûté de l’école, se cache souvent un penseur en films, un apprenant kinesthésique, qui ignore tout de son fonctionnement. Il s’est progressivement, depuis la fin de l’enseignement primaire, retiré psychiquement de ses apprentissages en mimant le fonctionnement des penseurs en mots. Quand il lit la phrase « la terre tourne autour du soleil » il ne visualise rien. Il pense en mots. C’est du bla bla vide. Le problème, c’est que pour lui, cela équivaut à ne rien faire. De plus, il n’écrit pas quand il étudie. Il n ‘en a jamais eu besoin pour réussir car, le plus souvent, grâce à sa grande intelligence et sa compréhension immédiate, il a réussi presque sans aucun effort, jusqu’à 15 ans. D’ailleurs, de nombreux ados complètement démotivés sont des surdoués qui s’ignorent et qui ne connaissent pas leur forme d’intelligence kinesthésique. Ils ont en fait besoin de faire du 3D dans leur tête pour comprendre les textes et de faire le mouvement de l’écriture pour mémoriser. Ils ne connaissent pas la puissance de leurs écrans mentaux.

En se coupant de leurs ressentis, de leur vraie façon d’être intelligents, et de leur vraie force mentale, ces jeunes se sont, de fil en aiguille, vidés de leur énergie.

 Mais il est toujours temps de découvrir son fonctionnement tout-à-fait particulier,  de reprendre les commandes de son monde imaginaire en toute conscience et  enfin retrouver une « formidable envie de vie ». Re-sentir comme on sentait avant que l’école n’étouffe les sens. Les manettes qui permettent de réactiver un penseur kinesthésique anesthésié par le fonctionnement verbal sont décrites dans le livre « Et si la réponse se trouvait au plafond ? ».

couverture simple - copie.jpg